Historique du proyet

Cette initiative a vue le jour en Septembre 1998, lorsque Monsieur Dámaso García est entré en contact avec le Comité UNICEF de New York, Etats-Unis, lors d’une eventuelle donation, afin d’équiper les salles des endroits les plus démunies d’un support composé de cassettes VHS et des télévisor avec lecteur de cassettes intégré, afin d’améliorer l’éducation et le niveau culturel des communautés.

En cet époque, ons avait choisie le Guatemala comme projet pilote. L’idée était de livrer une centaine d’équipements avec au moins une centaine de cassettes vidéo à des écoles de l’intérieur comptant dans le trois mille habitants.

Deux années après, ce projet est resté sans suite, car  l’UNICEF qui s’avaient compromis à obtenir le droit d’auteur des vidéos (de Walt Disney, BBC, etc) a décidé ne faire sa part. Ils ont proposé un projet d’ achetér cinquante équipement et 50 videos avec l’argent du don de M. Garcia: cent mille dollars de l’époque.

Postérieusement entre les années 2001 et 2002, il fut employé à créer un programme pilote pour le Chili (Chili projet),qui s’acheva avec  un fax de M. Cristián Cox (c.Cox lettre).

Le 25 août 2004,  j’ai essayé de contacter le directeur général de l’UNESCO, Monsieur Koichiro Matsuura (voir ci-dessus), afin de lui faire connaître ma position. De suite ils me répondit le 29 Octobre 2004 (voir), que tout en étant une organisation intergouvernementale ils n’étaient pas autorisé à prendre en compte les pétitions individuelles, et que je devais me diriger vers la Commission nationale Monegasque de l’UNESCO.

J’ai donc pris contact avec cette délégation de UNESCO à Monaco, j’ai parle avec différentes personnes, et pour des motifs divers entre eux, et un changement de fonctionnaires à la fin de mai 2005 rien de concret n’a été conclue.

Avant cela , j’ai envoyé une misive  à titre personnel (8 Juin 2005 – voir) au directeur général de l’UNESCO lui demandant de prendre l’initiative, lui speficiant d’autre part les incroyables bénéfices qu’auront les enfants de tous les pays qui pouront s’investir avec ce support technologique, et d’autre part, le fait que l’UNESCO a parmi ses principaux objectifs un projet de donner l’éducation pour tous, au plus tard pour l’anée  2015. Le 28 Juin, répond que la seule façon, c’est que une délégation de l’UNESCO rentre le projet, me laissant à la case de départ (voir).

Je suis retourné vers la délégation de l’UNESCO à Monaco et en la chance d’être accueillie favorablement par le nouveau président qui a transmet le projet, le 26 Octobre, 2005, à l’UNESCO (voir).

Le 23 Février, 2006, ils repondent qu’ils ont bien accueilli ce projet (voir), et qu’ils l’ont envoyé à les Bureau régionale de l’UNESCO pour son évaluation et décider de la meilleure façon de l’utiliser.

J’ai attendu plus de trois mois et le 26 mai 2006, j’ai envoyé une lettre personnelle adressée au Directeur général (voir) en racontant l’historique et sugére comment il peuvet être mis en œuvre et qui fournira le financement.

En cherchant à savoir: Qu’est-il arrivé à ma lettre avec une large documentation?, il me dit  que ils ne la rencontrent pas  et de communiquer avec le Dpt. de l’Education, J’ appelé par téléphone à Mme Jatta et le envoyeé cette lettre(voir).

Postérieurement, le 19 Octobre, 2006, ils m’ont comuniqué qu’ils avaient favorablement (voir) examiné le projet, et que je pouvet soliciter d’aide financière par le biais de le bureau de Monaco.

Au début du mois de  Décembre 2006, le 8, j’ai envoyé une lettre à  M. Qian Tang (voir), lui indicant que toutes mes actions au devant de l’UNESCO avaient pour objectif qu’ils prennent conscience des avantages de l’utilisation de la technologie digitale, lecteurs DVD, etc., fournira pour améliorer la qualité de l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangéres chez les enfants. 

J’ai affirme qu’en aucun cas, mon intention est de tirer profit avec cette initiative personnelle, si non  de contribuer à la société avec une idée issue de mes connaissances humaines et professionnelles, et que peuvent se réaliser avec la gestion de l’UNESCO.

Pas de réponse de mon fax daté Décembre 8, 2006, par lequel, après le discours du Directeur général  le 30 mai 2007,  j’ai réagie et ai envoyé une lettre le 1er Juin 2007, (voir)  au Directeur général dans laquelle je me proposa dans le role “d’assistant privé” pour aider à concrétiser le projet de l’UNESCO de donner une meilleure éducation pour tous.

Le 10 Juillet 2007, il me fut répondu par l’intermediare de Mme Ana Luisa Machado (voir) que je devrais commencer à nouveau, car il est essentiel de avoir une commission nationale d’un pays qui soutient l’idée.

J’attends toujours, fait des appels téléphoniques et jamais je suis  entendu, à la fin de Septembre 07,  je peut parler avec la Secrétaire de M. Matsuura, Mme Holmey à qui J’ai envoyé le courrier suivant (voir)